La croix du mont Royal

Sans aucun doute, la croix du mont Royal, qui veille sur la ville, est un symbole important de Montréal. Elle garde pourtant encore quelques secrets connus par peu de gens…

Beaucoup savent que la grande croix lumineuse a été plantée en souvenir de celle installée initialement par Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, en 1643. Alors devant une possibilité d’inondations qui lui fait craindre le pire, le Gouverneur de l’île, prie la Sainte Vierge d’épargner sa nouvelle colonie. Il jure alors de planter une croix au sommet du mont Royal si le fort de Ville-Marie est épargné. De Maisonneuve honore sa promesse quelques jours plus tard.

Plusieurs ignorent toutefois qu’il aura fallu 50 ans entre l’idée de la croix souvenir à celle de Maisonneuve et son installation en 1924. Peu de gens savent aussi que c’est entre autres grâce à la vente de timbres que la croix moderne veille depuis près d’un siècle sur les Montréalais. En effet, grâce aux timbres commémoratifs vendus à 5 sous chacun, 10 000 dollars avaient été amassés en vue du projet par des milliers de bénévoles. Sur les bras de la croix, on avait eu le projet de créer une plate-forme d’observation. Mais le projet n’a finalement jamais eu lieu faute de moyens.

Et, qui sait que la croix est légèrement tournée vers l’est de la ville en signe de l’appropriation symbolique de Montréal par les francophones? Qu’elle fait 33 mètres de hauteur et culmine à 251 mètres d’altitude? Qu’elle est visible à 80 kilomètres de distance lors de temps clairs? Que sa structure métallique est composée de 1830 pièces?

Au fil des ans, la croix a été le centre de multiples événements et manifestations. Ses éclairages ont changé de couleur lors de la mort de papes, elle a été transformée en balance par des activistes de Greenpeace, elle a servi de lieu de pèlerinage, elle a été dessinée, caricaturée et admirée.

Les dessous de la croix renferment aussi leur secret. En effet, sous la structure, une plaque marque l’emplacement d’une capsule de temps déposée lors du 350e anniversaire de Montréal en 1992. Elle contient les messages et dessins de 12 000 enfants décrivant leurs visions du Montréal de l’an 2142, moment où la capsule doit être rouverte lors des célébrations du 500e anniversaire de la ville.

Finalement, depuis octobre 2016, la croix a une petite sœur au pied de la montagne. En effet, sa réplique, couchée sur le côté, est installée sur le terrain adjacent au couvent des Religieuses hospitalières de Saint-Joseph. C’est dans le cadre d’une rétrospective de l’artiste Pierre Ayot que l’oeuvre, à l’origine réalisée en 1976 pour l’événement Corridart, voit le jour pour neuf semaines.
Sources :

Le mont Royal

Archives de Montréal

Ville de Montréal

La Presse

Le Devoir

crédit couverture: aloys_dharambure

Partager
Vous pourriez aimer:
L’hiver sur le Mont-Royal

Au printemps prochain, le parc du Mont-Royal fêtera son 140e anniversaire.

lire la suite
Les boîtes à savon

Ces véhicules virent le jour pour la première fois aux États-Unis au début des années 1930

lire la suite
Le hockey à Montréal

Du côté de Montréal, la toute première partie de hockey se déroula un soir de mars 1875.

lire la suite
Grandes Montréalaises
Invisible Placeholder
Suivez-nous partout
#375MTL | @375MTL