Nous joindre: (514) 788-3383 ou
Le Melon de Montréal

L’agriculture avait autrefois une place très importante sur les terres montréalaises : dès la venue des Autochtones nous avions une culture considérable au niveau des courges et du maïs, entre autres. Au début du 20e siècle, une nouvelle ressource du secteur primaire vient changer la donne : celle du melon de Montréal.

Le fils de la reine Victoria, le roi Édouard VII, reçoit au début de ce siècle une caisse de ces fruits gigantesques de la part d’Anatole Décarie. Des melons d’une épaisse chair verte pâle et au goût mélangeant des saveurs onctueuses et épicées: c’est cela qui lui vaudra son surnom de melon muscade. Ils sont cultivés par la famille Décarie sur leurs terres à Notre-Dame-de-Grâce, ces champs se trouvaient d’ailleurs où se situe actuellement l’autoroute Décarie.

La famille Décarie a travaillé très fort à perfectionner la production de ces melons qui deviennent alors très populaires et pouvaient peser jusqu’à 14 kg! Beaucoup de temps et de travail sont consacrés à la culture du melon: les agriculteurs entretenaient ce fruit de façon à ce qu’il soit traité très précieusement en le retournant chaque semaine au quart de tour pour qu’il conserve sa forme ronde.

Un fait très impressionannt au sujet du melon de Montréal: celui-ci était alors considéré par plusieurs comme étant un produit réservé à la bourgeoisie. En effet, la Grosse Pomme s’approprie rapidement ce fruit de luxe. L’élite new-yorkaise va jusqu’à payer une tranche de ce célèbre melon aussi cher qu’une tranche steak!

C’est dans les années 1950 que la culture du melon de Montréal commence à se perdre. Puisque cette culture nécessite beaucoup de temps et d’énergie, il est privilégié de se consacrer à des productions agricoles plus simples et les différents secteurs de la métropole commencent à se développer davantage comme quartiers résidentiels.

Après plusieurs années à tenter de reproduire ce légendaire melon, ayant autrefois fait la fierté de notre patrimoine, il est maintenant possible depuis quelques années seulement de se procurer les graines pour tenter d’en faire pousser. L’expérience n’est toutefois pas gagnée : il faut arriver à reproduire la taille mythique et le goût unique des melons de Montréal de la famille Décarie !

Pour en savoir plus.

crédit photo couverture: Archives de la Ville de Montréal

Partager
Vous pourriez aimer:
Communauté irlandaise

Le premier Irlandais à venir s’installer à Montréal avant 1661 était un dénommé Tadg Cornelius O’Bre lire la suite
Pink Floyd

Fondé en 1964, le groupe de rock progressiste et psychédélique britannique Pink Floyd... lire la suite
Le curling au Québec

À titre d’exemple, à l’époque ce sport était joué sur des glaces naturelles en plein air... lire la suite
Grandes Montréalaises
Suivez-nous partout
#375MTL | @375MTL